Skip to content

Lettre d’Egypte n°7 – La contre-révolution a le vent en poupe… Mais la révolution est toujours en marche

avril 30, 2011

Que se passe-t-il en Égypte ? Transition démocratique ou contre-révolution ? Le comité Égypte en lien étroit avec les acteurs de la « société civile révolutionnaire » en Égypte vous informe au jour le jour du processus en cours…

Protestations et... instrumentalisations à Qena contre le nouveau gouverneur

Révélations sur les événements de Qena

De nouvelles révélations sur l’implication d’anciens membres des services de sécurité de l’Etat dans les événements confessionnels de Qena, viennent d’être diffusées sur le site de Mared (Masryoun against religion discrimination), ce qui témoigne de la détermination de certains éléments contre révolutionnaires à saper les acquis de la révolution du 25 janvier en s’attaquant à son talon d’Achille, les divergences communautaires (Lettre d’Egypte n°6). En voici la liste :

  • Le général Mohammad Ibrahim, directeur de la sécurité à Qena ; il s’est mis d’accord avec le représentant des frères musulmans pour arrêter la circulation des trains pendant deux heures, mais les salafistes ont maintenu cet arrêt pendant onze jours ;
  • Le Cheikh Hussein Cha’aban Ibrahim, un dirigent salafiste
  • Le cheikh Qorachi Sayed Salama, le responsable de la rubrique religieuse dans le journal ‘Akhbar Qena (les nouvelles de Qena) édité par le journaliste Mostapha Bakri,
  • Moubarak Abou Hagag, un ancien de l’ex parti National au pouvoir et proche de l’ancien homme d’affaires Ahmed Ezz aujourd’hui en prison ;
  • Le général Abdelfattah Omar, membre du PND et connu pour ses pratiques répressives ;
  •  Son neveu, Ref’at Taha, agent des ex services de sécurité de l’Etat;
  • Khaled Wechahi, médecin et membre du PND;
  • Le Cheikh Sobhi El Morched, Imam de la mosquée de Qena ;
  • Mohammad El Ghazali, Manga el Cheikh et Ayman Maged respectivement restaurateur et avocat, membres du PND
  • Magdi Abdelmotaguelli, avocat salafiste, emprisonné pour des histoires de corruption

Selon le communiqué de Mared, tous ces bons citoyens  ont l’intention de se présenter aux élections parlementaires qui auront lieu en septembre prochain. Or, suite au démantèlement du PND, de nombreuses voix s’élèvent pour interdire aux anciens membres du PND, du moins les cadres et tous ceux qui ont été élus aux dernières élections de 2010, par la fraude, d’exercer de la politique pendant cinq à dix ans.

Cette idée commence à faire son chemin en Égypte, seulement les faits réels contredisent toutes les déclarations et les rumeurs qui circulent à propos de la concrétisation d’une telle mesure. La dernière en date est la récente nomination des nouveaux gouverneurs dont la liste a inclus cinq cadres de l’ex PND, sans oublier que l’actuel gouvernement en comte 17.

C’est dire que suite à l’ablation des tumeurs cancérigènes qui sont Moubarak,  ses fils et ses proches, une longue cure de chimiothérapie est nécessaire pour détruire les métastases qui gangrènent le corps social.

Tout un symbole, la station de métro Moubarak a été renommée station des « Martyrs »

Un groupe de jeunes salafistes d’Alexandrie ont annoncé, vendredi dernier, qu’ils sont en voie de fonder un nouveau parti politique islamiste nommé « El Nour » (la Lumière).  Selon ces jeunes, ce parti incorpore la volonté des salafistes de participer à la vie politique suite à la révolution. Des militants spécialistes dans différents domaines ont été choisis pour établir le programme du parti qui devrait porter sur les questions de développement et de réforme politique. Les prédicateurs salafistes n’y participeront pas et devront se contenir de leurs activités religieuses. Dans l’espace d’une semaine, les fondateurs du parti ont reçu plus de mille mandats. Pour en savoir plus sur les groupes salafistes en Égypte, lire les analyses d’Husam Tammam et de Patrick Haenni :  Égypte: les religieux face à l’insurrection

L’atteinte au droit international de manifester

Selon le site du Newleft ,  la loi  34  de 2011 incriminant les manifestations  et les grèves a été ratifiée par le haut conseil  de l’armée et publiée au journal officiel le 20 Avril. Cette loi condamne les contrevenants, y compris toute personne appelant à la grève à une peine d’un an d’emprisonnement et une amende se situant entre 50.000 et 100.000 L.E ( 5882 et 11764 euros) .

Trois  organisations de droits de l’homme : le centre égyptien pour les droits économiques et sociaux, l’institut de la liberté, de la pensée et de l’expression et le réseau arabe d’information sur les droits de l’homme, ont saisi la justice  contre le haut conseil de l’armée et le conseil des ministres  en vue de l’abrogation de cette loi.

… mais la révolution est toujours en marche

La Commission populaire constitutionnelle  (lagnat chabbeyya lil doustour) qui compte 150 membres a organisé son premier congrès le 20 avril  2011 au siège du syndicat des journalistes. Ce congrès qui se prépare depuis un mois a pour objectif d’engager le débat de fond sur la constitution et d’en élaborer une nouvelle pour les années à venir. Cette commission se présente comme une large coalition  regroupant tous les courants politiques, les représentants de la société civile et des différents syndicats professionnels indépendants.  Elle regroupe surtout des juristes éminents tels que Noha El Zeini , Tahani El Gebali, Nour Farahat, Hossam Issa, et autres.

Vendredi 22 avril, les Comités populaires pour la sauvegarde de la Révolution ont de leur côté rassemblé place Tahrir 5 000 personnes pour leur première assemblée nationale

  • Les Comités populaires de défense de la révolution ont organisé leur premier congrès de lancement  le 22 avril à la place Tahrir. Au cours de ce rassemblement, des personnalités proches de la gauche ont pris la parole parmi lesquelles le Dr. Ahmad el Naggar pour aborder les disparités régionales en Égypte, l’acteur Amr Waked qui insista sur le rôle que doivent jouer ces comités dans la surveillance des prochaines élections  municipales et le poète Sayed Hegab qui souligna la nécessité d’élire les gouverneurs. La réunion s’est terminée par un concert musical auquel ont participé la troupe Friska et le chanteur Rami Essam.
  • Les syndicats ouvriers au nombre de 57, suite à l’arrivée sur les fonds baptismaux du syndicat libre des journalistes, organisent une grande manifestation le premier Mai place Tahrir. Le communiqué que vient de publier en cette occasion le parti de l’alliance populaire socialiste APS (Newleft), a rappelé l’interdiction  infligée par l’ancien régime aux ouvriers de fêter le premier Mai dans la rue pendant plus de trente ans. Il a par ailleurs souligné le rôle déterminant des grèves ouvrières dans la destitution de Moubarak par l’armée égyptienne. Le communiqué appelle les ouvriers à réclamer le rejet de la loi contre les manifestations et les grèves, salue et apporte son soutien à la lutte de la classe ouvrière  pour obtenir ses droits. 
  • Le congrès d’une « Assemblée populaire constituante » égyptienne se tiendra dans la grande salle des congrès de Madinat Nasr le 7 Mai.  A l’origine, c’est le très controversé  ingénieur Mamdûh Hamza, qui appela à la formation de cette  assemblée populaire dont les  membres, venant de tous les gouvernorats Égypte ont été désignés à la base par des partis politiques, les frères musulmans s’étant abstenus. 2500 participants sont attendus. Pour le moment, nous n’avons pas d’informations plus précises sur les contours programmatiques et la spécificité de cette assemblée. A suivre…

Contestation paysanne

Espoir - Hamed Abdalla - Aquarelle- 1946

Une pétition en faveur des paysans du village d’al-Walaa a été signée par de nombreuses organisations de droit de l’homme et près de 200 signataires.  Ce village  de 10.000 habitants, situé en Moyenne Égypte à mi-chemin entre Fayoum et Beni Suef,  et distant de 85 km du premier centre urbain, s’est vu infliger une punition collective  de la part des responsables gouvernementaux de l’association agricole. A l’origine de ce châtiment : la création d’un syndicat libre pour la défense des droits des petits exploitants et propriétaires agricoles.  Coupure d’eau et d’électricité, fermeture des services vitaux tels le centre de soins et la boulangerie avec rationnement du pain  menacent la vie de ces habitants. Une plainte a été adressée le 22 avril au haut conseil militaire sans aucun retour, la pétition qui circule actuellement appelle à la solidarité avec ces paysans et la poursuite des agents de l’ancien régime qui font main basse sur le village d’El Walaa. Sur le sujet, lire aussi cet article.

Galila el Kadi,
Le 29 avril 2011

One Comment leave one →
  1. fabienne el sayed permalink
    avril 30, 2011 10:00

    On ne peut pas interdir les manifestations, c’est grace à ça qu’on fait valoir nos droits, par contre , étant donné que nous entrons dans la démocratie et la laïcité, Je serai pour que l’armée fasse une déscente lors de manifestations du genre celles des femmes demandant le droit de porter le niqab !!! on dit laïcité, on ne montre pas notre signe religieu ! c’est une manif qui n’a pas lieu d’être ! tout comme le terreur que nourrissent les salafistes dans le pays ! bloquer des route ou chemins de fer ou autre, tout ça c’est de l’ordre du trouble à l’ordre publique, donc dans un pays qui entre dans la démocratie et la laïcité, cela ne veut pas dire que tout est permis, on est pas libre de faire le chaos non plus. On dit la liberté des uns s’arrête là où commence celle de l’autre. Donc toutes ces troubles à l’ordre publique, agressions sur les femmes, les chrétiens, bref vous comprenez ce que je veux dire, je ne vais pas tout énumérer içi, la liste est longue, tout ça doit être stopper dans l’élan. Il n’ya que l’armée actuellement qui peut faire fasse à ces trouble et leurs responsables. Il y a des interdits dans la liberté aussi, et ça je trouve que beaucoup d’Egyptiens ne l’ont pas encore compris. Moubarak a fait d’une majorité du peuple, des ignoranat et des illétrés, je ne lui pardonne pas ça, c’est un crime aussi d’interderdir ou de rendre difficile l’accé à la culture et à l’enseignement.
    je souhaite que le peuple ignore ces emmerdeurs, et qu’il se concentre sur le choix qu’il fera lors des elections présidentielles en sept. Avec tout ça, je n’arrive pas encore à savoir qui se présente aux présidentielles, je ne reçoie que des infos sur les troubles et sur le devenir de moubarak et ses sa famille ! je ne trouve pas ça normal. Il est possible aussi que ce soit une technique pour détourner l’attention du peuple de la présidentielle??? je ne vois que ça comme réponse. Merci de me permettre de m’exprimer. J’ai vraiment la colère aprés les salafistes, la milice de Moubarak , ces femmes qui se battent pour une idiotie, ces gens qui fouttent la bagaille, et tout ça mene à la perte le pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :